La société MEDIAlibri, éditrice de GlobeKid, ayant malheureusement dû cesser ses activités, le site web de GlobeKid n'est plus mis à jour et ses fonctionnalités de création de livres, de personnalisation des livres créés par l'équipe GlobeKid, ainsi que de téléchargement des livres au format PDF et Ebook et de commande des livres imprimés reliés, sont désactivées.

Vous pouvez cependant encore accéder librement aux contenus des livres pendant quelque temps et nous contacter pour toute question par email contact@globekid.com.

Treibel le comprit

Treibel le comprit

D'après "Restaurant Jacob" de Liebermann via Wikimedia Commons

Treibel le comprit :
- Les parties de campagne donc sont toujours gaies et puis nous avons notre quatuor devant nous, le professeur Schmidt est en vue, ainsi que Léopold. Il me semble que rien que cela fait déjà tout un programme.
Après ces mots d'introduction, il fit signe à un des garçons moyenâgeux qui se tenait non loin de là et, s'adressant apparemment à lui, mais en fait à ses amis, il dit :
- Il me semble, garçon, que nous allons d'abord rapprocher quelques tables les unes des autres, ici entre la fontaine et le bosquet de lilas ; nous aurons là de l'air frais et un peu d'ombre. Ensuite, ami, dès que la disposition des lieux aura été réglée et que notre champ d'action aura été délimité, alors quelques cafés, disons cinq cafés, avec double ration de sucre, et des gâteaux, n'importe lesquels, sauf cependant ces kougelhopfs à l'ancienne manière allemande, car ils me rappellent chaque fois, que le moment est venu de s'occuper sérieusement et loyalement de la nouvelle Allemagne. Nous réglerons plus tard la question de la bière, dès que nos renforts nous seront arrivés.
Mais ces renforts étaient en fait beaucoup plus proches que la société n'aurait pu l'espérer. Schmidt arrivait dans un nuage de poussière, blanc comme un meunier de la poussière de la chaussée qu'avaient soulevée ses pas, et il dut se laisser arranger et épousseter par les jeunes femmes qui trouvèrent là l'occasion de lui faire mille coquetteries.